LE MYTHE DES SUBVENTIONS AUX COMBUSTIBLES FOSSILES

facebooktwitter

Rémy Prud’homme 1

Octobre 2015

Dans le bon combat contre le CO2, tous les mauvais coups (coûts) sont permis. Le dernier est l’affirmation que les combustibles fossiles (et donc le CO2) sont subventionnés par les gouvernements, à hauteur de quelques 500 milliards de dollars par an. Il est porté par l’OCDE, l’Agence Internationale de l’Énergie, le FMI, la Banque Mondiale, excusez du peu. Ces chiffres sont obtenus en utilisant des définitions discutables de la notion de subvention aux combustibles fossiles, et en ignorant systématiquement leur surtaxation. Lire la suite…

PÉTITION POUR QUE PHILIPPE VERDIER SOIT CONFIRMÉ DANS SON EMPLOI A FRANCE TÉLÉVISION

facebooktwitter

Philippe Verdier, journaliste responsable du service météorologique de France Télévisions, est menacé dans son emploi et sa carrière pour avoir publié un livre critique sur la question du climat. Bien que se défendant de tout climatoscepticisme, il pointe dans son ouvrage de nombreux errements dans les politiques menées et le fonctionnement d’institutions telles que le GIEC, devenu l’instrument d’une lutte idéologique parfaitement étrangère à la science.

Lire la suite…

BULLETIN DU COLLECTIF DES CLIMATO-RÉALISTES

facebooktwitter

Jeudi 15 octobre 2015

ACTUALITÉS DU CLIMAT

El Niño

Le dernier bulletin de la NOAA (14 septembre 2015) a indiqué que la probabilité que l’évènement El Niño se poursuive pendant l’hiver 2015-16 était de 95%. Selon l’Organisation météorologique mondiale, l’El Niño (dont c’est le premier retour depuis 2010) devrait atteindre son intensité maximale entre octobre 2015 et janvier 2016. Il devrait s’affaiblir graduellement au cours du printemps 2016. Il pourrait être d’une intensité égale à celui de 1997/1998, et même se ranger parmi les quatre plus puissants qui aient été observés depuis 1950. Lire la suite…

LA PROPAGANDE RECHAUFFISTE : LE CAS DE L’INDE

facebooktwitter

Les objectifs de la COP21, tels qu’ils ont été définis par les G8/G7 sont simples : réduire de moitié d’ici 2050 les rejets de gaz à effets de serre, et en particulier de CO2. En réduisant ceux des pays développés d’au moins 70% et ceux des pays en développement d’au moins 20%. Sinon, nous dit-on, ce sera la fin du monde. Ces objectifs sont malheureusement inatteignables, et la COP21 vouée à l’échec. Nos gouvernants commencent à s’en rendre compte. Leur problème est donc de le camoufler afin de ne pas perdre la face. La façon dont les réchauffistes rendent compte de la contribution que l’Inde vient d’envoyer pour la COP21 est un beau cas de la transmutation du plomb en or. Il mérite d’être enseigné dans les écoles de journalisme et de communication.

Lire la suite…